C'est au cours d'une énième discussion sur l'état et les prestations quelque peu médiocre des chorales de la place que mon jeune frère Auguste Yao DOGBO me fit part de sa ferme intention de créer une chorale capable d'exécuter correctement les créations musicales nationales et internationales. Cela se passait en 1989. Me regardant droit dans les yeux, il laissa tomber sur un ton péremptoire: <<cette chorale oecuménique, ouverte à tous les hommes et femmes de bonne volonté, quelles que soient leurs provenances religieuses; même les musulmans pourront y adhérer!>> Il ajouta comme pour bien préciser sa pensée:<<grand frère! je veux fonder une chorale où l'on apprendra à chanter avec sa tête et son corps. Pour moi, le chant, même sacré, peut être valablement valorisé par la danse, à condition que tout cela reste dans les limites de la décence et ne frise pas l'extravagance! Notre future chorale (ce<<notre>> m'a quelque peu surpris parce que le projet est son initiative personnelle) sera un groupe artistique ! Et pour faire un clin d'oeil, à la fois, à la musique et à l'une de tes oeuvres que j'aime beaucoup, je pense donner au groupe ce nom de baptême: GROUPE ARTISTIQUE MAWU FE NUSE (G.A.M.)>>

 

Deux ans passèrent, puis un jour de l'année 1991, mon frère, qui a de la suite dans les idées, m'invita à venir le rencontrer à son service situé quelque part près de Gbonssimé. <<Je veux te faire une surprise>>, insista-t-il. Comme je n'aime rien lui refuser, je m'exécutai et à l'heure prévue(19h00) je me rendis sur les lieux. A peine avais-je franchi le pas de la porte d'entrée que mes oreilles furent sollicitées par un son mélodieux provenant de la maison. Pour une surprise, c'était une vraie surprise! Le spectacle qui s'offrit à mes yeux m'interloqua de bonheur et de plaisir. J'étais aux anges! Un groupe composé d'une trentaine de jeunes femmes et de jeunes hommes, à la voix douce et suave, interprétaient une de mes compositions comme je ne l'ai jamais entendue et avec cette fougue exquise qui convient aux néophytes. C'était vraiment merveilleux!

 

Invité, après la prestation, à livrer mes impressions, je n'hésitai pas à dire au groupe ma fierté et toute mon admiration pour le menu si riche qui m'a été servi avec autant de générosité. Sur le champ, je promis mon appui et ma collaboration.

 

Huit ans après, le Groupe Artitistique MAWU FE NUSE continu de progresser sur le chemin difficile de la perfection et de l'atteinte des objectifs ayant justifié sa création. Rappeler que Rome n'a pas été construite en un jour est un truisme bien galvaudé au regard de l'énormité de la tâche qui reste à accomplir, en vue de donner au G.A.M. les moyens de son ambition: devenir grâce à un travail sérieux et soutenu, une référence et même une véritable institution au Togo et dans la sous-région.

 

Pour l'heure, MAWU FE NUSE peut se féliciter de figurer parmi le peleton de tête des quelques très rares chorales au Togo (il en existe peut-être cinq au maximum) qui cultivent l'excellence avec passion et dévouement. Si les résultats ne sont pas encore à la mesure des efforts consentis, il reste néanmoins que la détermination du GAM à aller de l'avant reste intacte. De ce point de vue, le travail accompli tant par le Bureau Directeur, le Collège des musiciens (CMC) que par les Choristes eux-mêmes est digne du plus bel éloge. Mais, par dessus tout, je voudrais saluer, comme il convient, l'option irréversible du GAM de privilégier et de promouvoir les créations musicales nationales, tout en ne perdant pas de vue la nécessaire ascension vers les sommets escarpés de la musique classique. Je voudrais également rendre un hommage mérité à tous ces talents riches et divers qui éclosent à l'ombre de cette éminemment positive, permettant à MAWU FE NUSE de disposer d'un répertoire des plus variés.

 

Aujourd'hui, la plupart des maîtres de choeurs du GAM rivalisent d'ardeur, de créativité et de brio dans la création musicale. C'est une bonne chose. MAWU FE NUSE peut ainsi s'enorgueillir de participer à sa manière à l'éclosion d'une race de musiciens qui ont compris que le don et le talent sont bien peu de choses s'ils ne s'appuient sur un travail assidu et marqué du seau de l'effort et de l'excellence.

 

Isaac DOGBO